samedi 17 novembre 2012





"Pensées cueillies au bords du chemin"*




Nous avions rencontré Sylvain Tesson avec son magnifique Petit Traité sur l'immensité du monde. Avec son art de la formule et sa démarche plus qu’intéressante, il avait su conquérir notre jeune esprit (si bien que nous le lisions même en cachette au travail). Nous n'avons pas tardé à nous jeter sur le reste de ses livres. 

"Écrire pour éclaircir son esprit en noircissant du papier."

Un beau jour, nous avons croisé une douce petite friandise lors du festival La Comédie Du Livre à Montpellier. Cette petite douceur, Tesson l'avait glissé dans ses bagages pour l'amener au festival. Il s'agit d'un gentil petit recueil d'aphorismes intitulé fort à propos Aphorismes dans les herbes et autres propos de la nuit. L'aventurier reconnais que l'aphorisme est devenu quasi pathologique chez lui, tant il se surprend de plus en plus à glisser ces petites formules partout dans ses écrits. Mais il faut reconnaître que le bonhomme a un indéniable talent, qu'il s'agisse de la description la plus simple ou bien de la méditations la plus abstraites. Tesson s'y fait tour à tour poète naturaliste, rieur, buveur, dépressif et même, quelquefois, libertin.


"Sein : la beauté à portée de main."

Qu'on soit ou pas amateur de poésie, on ne peut s'empêcher de savourer ce petit recueil par petites gorgées. On vient y puiser un sourire ou un peu de rêverie puis on ne le referme que pour mieux le ressortir plus tard. C'est un plaisir qui se savoure par petites touches et qu'on se plait à convoquer régulièrement. Peut-être même y reconnaîtra-t-on des pensées qui avaient affleurées à la surface de notre esprit mais que nous n'avions pas su saisir.

"Livres : il s'en passe de belles sous les couvertures."

Pour nous, c'est un plaisir sans cesse renouvelé que nous ne saurions que trop te recommander, ami lecteur. Qui sait, peut-être que toi aussi tu attraperas le virus de l'aphorisme et que tu te mettras à ton tour à noircir tes carnets avec les surgissements de ton esprit.

Aphorismes dans les herbes et autres propos de la nuit, Sylvain Tesson, Éditions des Équateurs, 2011.

* La description est de Tesson lui-même dans la dédicace qu'il a eu l'amabilité de nous offrir.

7 commentaires:

  1. Sympa. Petit Traité sur l'immensité du monde est sur la petite liste de lectures que je suis en train de constituer pour préparer mon voyage en Mongolie. Conseillé par toi d'ailleurs il me semble.

    RépondreSupprimer
  2. C'est possible que je t'ai conseillé la lecture du Petit Traité Sur L’Immensité Du Monde. C'est un livre qui m'a marqué (même si je serais peut-être un peu plus critique vis-à-vis de certains passages aujourd'hui) et qui retranscrit très bien certains états intérieur de qui est "en mouvement". Donc oui très bonne lecture.
    A toi qui est une aventurière (ou aventurière en devenir), si ce n'est pas déjà fait, je te conseille plus que vivement de lire Ella Maillart, une femme comme on en fait peu et qui a très bien décrit de ses chevauchées en Europe centrale et en Asie. Magnifique et galvanisant.

    RépondreSupprimer
  3. Il faudrait twitter des phrases de Géographie de l'instant.

    RépondreSupprimer